IMG_8501

TV7, LA TÉLÉ PROCHE DE VOUS

Je suis comme toute personne qui n’a jamais franchi les portes des studios : intriguée. Comment fonctionne cette télévision locale et depuis quand ? Nous allons le découvrir.Quand Sandrine Pivetta, assistante de direction à TV7 me donne rendez-vous à la gare un mardi à 7h15, je ne sais pas encore que ma journée sera sportive. Arrivées à Bordeaux St Jean, nous enfourchons les vélos pour rejoindre l’avenue Thiers.
Pédaler est pour moi un moyen de m’évader et respirer l’air du canal dans ma belle campagne. Être perchée sur un deux roues en ville est une chose qui ne m’attirait pas particulièrement.
Les yeux rivés sur Sandrine, je la suis, entre piste cyclable et traversées de routes jusqu’au pont de pierre. Après quarante minutes de train et de foule, voilà un bon moyen de se ressourcer avant de commencer une journée de travail. Conclusion : au boulot à vélo, j’adhère !

15 ANS D’ANTENNE !

Nous sommes en 2001. Le CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel) lance un appel d’offre pour une fréquence libre. Le journal Sud-Ouest saisit l’opportunité et présente son projet, au même titre que M6 et d’autres chaînes existantes. La concurrence est sérieuse mais c’est Sud-Ouest qui l’emporte. Le 7 juin 2001, TV7, devient la septième chaîne.

L’arrivée de la TNT et sa multitude de choix télévisuels, n’empêche pas cette télé locale de continuer à diffuser quinze ans après sa création. Avec dix-sept salariés et une douzaine d’intervenants ponctuels, la chaîne bordelaise couvre l’intégralité de la Gironde et peut être vue par près d’un million deux cent mille personnes.

UN JOUR, DES INFOS


Il est 9h quand Bastien Lauqué, chef d’édition, démarre la conférence de rédaction. Avec lui, Sandrine Mancipoz une JRI (Journaliste Reporter d’Images), ainsi que Margaux, Alexis et Thibault, trois stagiaires. Durant une demi-heure, la presse est décortiquée, commentée et les sujets à traiter sont sélectionnés.
Chacun repart avec sa mission. Nos étudiants en journalisme récolteront des témoignages pour les dix ans du miroir d’eau, tandis que Sandrine doit savoir ce qui se trame sur la ligne C, à hauteur des Quinconces. Un arrêt est fermé et si la raison est évidente puisque des ouvriers y travaillent, il faut connaître la nature et la durée des travaux. La journaliste m’invite à la suivre sur cette enquête , afin de vivre le reportage au plus près.

UNE TÉLÉ, DES MÉTIERS

Réalisateur

Quand une émission plateau a lieu, Vincent Raymond veille au grain. S’il assure le décor deux heures avant l’enregistrement, il diffuse aussi les images en direct, pour une parfaite synchronisation avec le sujet évoqué. Les appareils visuels, il les maîtrise tous !

Chargée de production

L’élaboration des plannings de tournages, c’est Marie Carrier qui s’en charge. Elle est le lien entre le client et l’équipe technique. Elle gère le calendrier et suit les projets, de l’idée à la réalisation.

Chef d’édition

Bastien Lauqué est un chef d’orchestre. Il coordonne le travail des rédacteurs et de l’équipe technique. En régie, c’est aussi lui qui parle dans l’oreillette des présentateurs pour les guider selon les besoins.

 

Assistante de direction

Sandrine Pivetta ne se cantonne pas à gérer les plannings et l’administratif. Elle est également responsable de la programmation et de la recherche des publicités locales et nationales. Elle réalise aussi les maquillages des invités des plateaux télés.

 

Informaticien

Un problème de connexion, une mise à jour, de la maintenance…? C’est Benoit Conesa qui s’en charge. Avec 32 postes de travail et 28 serveurs, ce spécialiste de l’encodage, du logiciel et du format vidéo n’a pas le temps de s’ennuyer.

 

 

Technicien d’exploitation et de diffusion

Damien Cortadi s’occupe de la grille des programmes. C’est le prime de dix-huit heures qui sert de guide. Il cale la diffusion des émissions en fonction du journal et veille au respect du timing. Les bandeaux d’informations, le logo et l’horloge sur les reportages, c’est encore lui !

AUDITION EN DIRECT

C’est une chance ! Bastien Lauqué auditionne une journaliste alors que je suis dans les locaux. Sans bruit, je rejoins la régie. Pour le premier test, il joue l’invité et répond à ses questions. Puis ça se complique. Bastien nous rejoint à la régie et c’est par l’oreillette que la présentatrice reçoit les infos. Alors qu’elle commente des résultats sportifs, le chef d’édition lui annonce qu’un problème technique retarde la diffusion des images. Elle doit meubler… et elle le fait avec une décontraction que seuls les habitués de l’écran peuvent avoir. Je suis bluffée par la performance.

INCRUSTATION DE DÉCORS OU VRAI PLATEAU  ?

Les deux ! Dans le premier cas, c’est un fond vert qui est utilisé. Cette teinte n’a pas été choisie par hasard. Les capteurs des caméras vidéo sont très sensibles à ce ton. De plus, le vert est la couleur la plus éloignée de celle de la peau. Le détourage (isoler un sujet d’un décor) est donc simplifié et l’incrustation d’images numériques se fait plus facilement.
Quant au vrai plateau, l’espace est agencé en fonction des besoins. Mobilier, couleurs, éclairage… tout peut changer d’une émission à une autre.

POURQUOI PLUME ET MIRETTES AIME TV7 ?

Parce que c’est local. Tout comme notre journal, cette chaîne télé s’intéresse et met en valeur notre belle Gironde. Il est vrai que le manque de moyens limite les déplacements et par conséquent, les journaux d’informations sont majoritairement axés sur le bordelais. Cependant, dès qu’il s’agit de reportages, les journalistes de TV7 n’hésitent pas à franchir les frontières de l’agglomération pour traverser campagnes et villages et traiter le sujet du moment.

Alors, oui. Longue vie à la télé de proximité !

0 shares
Previous Post

LE COMPTOIR DE LA BASTIDE

Next Post

DUNE DU PYLA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous Contacter


Votre nom :
Votre E-mail:
Votre message :