IMG_2377

CATHERINE CATELLA, PORTRAIT D’UNE RÉALISATRICE

Un mot me vient à l’esprit pour décrire Catherine Catella : solaire ! Non seulement elle est le charme incarné mais de plus elle rayonne comme l’astre du jour. 

Nous sommes le 10 mars. Ce soir a lieu la projection de “UN PAESE DI CALABRIA“, un documentaire réalisé par Shu Aiello et Catherine Catella.

Les deux réalisatrices se partagent les débats lors des ciné-rencontres et c’est Catherine que je vais donc voir ce soir au cinéma REX de La Réole, en compagnie de Cathy Géry, directrice des lieux.

SYNOPSIS

Caméra en main, ces deux femmes sont allées à la rencontre des habitants de Riace, petit village de Calabre en Italie, où près de deux cents kurdes ont échoué il y plus de vingt ans. À l’heure où le débat fait rage autour du racisme, de l’individualisme et de l’intolérance, Catherine et Shu nous montrent l’entente et le respect entre les naufragés et les villageois qui les ont accueilli à bras ouverts. Durant 1h30, nous vivons l’harmonie de Riace. Nous vivons l’espoir. Nous vivons le mélange des cultures et l’accord parfait.

Le film m’émeut autant que la réalisatrice. Nous faire partager ce pur moment d’humanité en dit long sur Catherine Catella et Shu Aiello. Passionnée de littérature, c’est dans le cinéma que Catherine choisit de faire carrière. Chef monteur et réalisatrice, c’est depuis son fief, à Marseille, qu’elle travaille aujourd’hui principalement.

QUESTIONS À CATHERINE

Catherine repart demain. En attendant, j’ai rendez-vous avec elle à La Parenthèse, où elle a accepté de répondre à mes interrogations.

Plume et mirettes Pourquoi le documentaire ?

Catherine Catella  Pour mettre en avant le réel. Cela demande de la patience car il faut observer et avancer au rythme de l’événement. Au fur et à mesure, on découvre la complexité et la diversité des choses. Et puis j’aime le rapport entre le filmeur et le filmé. 

P&M Vous ne travaillez que sur vos propres réalisations ?

CC Non. Je monte aussi des films d’auteurs. JASMINE d’Alain Ughetto et LE SOUS-BOIS DES INCENSÉS de Martine Deyres sont deux d’entre eux.

P&M Combien de temps faut-il pour monter un documentaire tel que ‘Un paese di Calabria’ ?

CC Un montage, c’est environ douze semaines de travail. Avec deux à trois projets par an, je peux dire que mon temps est bien occupé.

P&M Sinon, une passion Catherine ?

CC Le chant ! Avec deux amies, nous formons le trio DELIZIOSO. Monter sur scène est comme bouffée d’oxygène, un défouloir même. J’aime chanter, autant que filmer. Exercer cette passion est indispensable. Elle maintient mon équilibre.

Charmée. Je le redis. Je suis envoûtée par cette femme talentueuse et généreuse. Je décide de l’accompagner à pied jusqu’à la gare. Nous continuons à débattre sur les belles choses de la vie jusqu’au moment de la séparation. Les mails sont échangés, les bises sont faites et les sourires illuminent nos visages. 

C’était une belle journée.

0 shares
Previous Post

MARIE MIGNANO : GRAPHISME, ARCHITECTURE ET PEINTURE

Next Post

L’AUBERGE GIRONDINE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous Contacter


Votre nom :
Votre E-mail:
Votre message :