ATLANTIQUE-11

ATLANTIQUE : BEAUTÉ ET IMMENSITÉ

Essence de nos corps et de la vie en générale, l’eau est partout. Qu’elle coule paisiblement ou qu’elle fasse des chutes fracassantes, elle fait son chemin, modelant la terre et la pierre aux formes qui lui conviennent. Les nombreuses veines girondines font la beauté de notre département, étanchant le sol et verdissant les végétaux.
Nous pourrions vous raconter le Ciron, l’Isle, la Dordogne, et tant d’autres mais c’est un plongeon dans notre fougueux océan Atlantique que nous vous proposons.

L’Atlantique est le deuxième plus grand océan, derrière le Pacifique. Viennent ensuite les océans Indien, Austral et Arctique.

 

  • 82 400 000 km² de surface
  • 323 600 000 km³ de volume d’eau
  • 50 pays côtiers et 180 millions d’années

De la plage pour tous !

ATLANTIQUE (19)

Les plages. Les kilomètres de sable fin, les coquillages et les vagues puissantes. Ce n’est pas qu’on soit chauvin par ici mais quand même, notre côte girondine n’est pas mal du tout.

Quand on sait que l’Aquitaine a dépassé les 20 millions de nuitées en 2015 dans les hôtels et campings confondus (source INSEE), et qu’en saison la concentration touristique a lieu sur le littoral, on peut dire que notre océan attire les foules.

ATLANTIQUE (2)

Les constructeurs de l’extrême défendent leurs travaux des invasions aquatiques. Pour cela, ils construisent des tranchées qui prolongent de quelques minutes la vie de leurs bâtisses. Tout s’écroule. Ils recommencent inlassablement, le même pâté, au même endroit, qui disparaît de nouveau à la première vaguelette.
Dépités, les architectes infligent de mémorables corrections aux coupables : seaux et pelles volent par-dessus le sable.
En pleurs, les travailleurs courent vers leurs géniteurs, mendiant une gourmandise pour solde de tout compte. Le lot de consolation à la main, c’est sur le rivage qu’ils viennent le déguster car rien n’est meilleur qu’un biscuit sablé et détrempé.

La profondeur moyenne de l’océan est de 4 000 m

ATLANTIQUE (29)

LA VAGUE

Tout commence au large. Le vent fait pression sur la surface de l’eau et créé la houle. C’est en se rapprochant des côtes qu’elle prend le nom de vague.

Chaque vague est un battement de cœur,
Chaque ondulation, une respiration,
Chaque retrait, une contraction,
Les vases, algues et coraux sont des placentas nourrissant les millions d’embryons qui grandissent en elle.

Chaque cétacé échoué est une souffrance, une fausse couche provoquée par l’ingestion de produits déconseillés aux femmes enceintes,
Chaque mare de sang est une hémorragie.

Elle est liquide amniotique, elle est ventre, elle est vie et fait place à tous les rêves…

MONDE ABYSSAL

Qu’on la défie, la redoute, l’admire ou qu’on imite le bois flotté qu’importe ! Personne n’est indifférent au sang bleu de la Terre. Je ne peux la regarder sans penser que cette immensité regorge de mystères et d’histoires. Que cet univers peuplé de civilisations intra-marines est une galaxie où chaque mer au nom spatial tel qu’Egée, Azov, Mamara ou Myrto est une planète. Les mammifères sont des vaisseaux, leurs queues sont des hélices, les nageoires sont des ailes. Ils ouvrent leurs bouches et gobent leurs congénères comme les avions avalent leurs passagers. Les courants sont des couloirs de propulsion qui permettent aux voyageurs aquatiques de visiter des stations à vingt mille lieux de chez eux. Les méduses sont des étoiles filantes, les poisson-lunes sont les satellites de cet espace englouti. Le sable est un ciel étoilé ou nuageux, selon le calme ou la tempête. La surface est sol, les abîmes sont cimes, l’eau est air. Quant au noyau de la Terre, il est le soleil, mers et océans gravitent autour de lui.
C’est une évidence : la voûte céleste n’est que le reflet de ce monde abyssal.

0 shares
Previous Post

OLIVIER BAYLE-VIDEAU : VOITURES & SCULPTURES

Next Post

FESTIVAL RÉGULA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous Contacter


Votre nom :
Votre E-mail:
Votre message :