IMG_7354

LA NUIT DU PATRIMOINE

Quelle belle journée !
Les ondées prévues n’ont pas l’air de menacer La Réole et c’est tant mieux. Ce soir sera une belle soirée, celle du patrimoine. Mais que faire en attendant ? Le premier rendez-vous est à 17h devant la mairie. J’opte pour une promenade le long du château des Quat’sos.

Les Quat’sos,… des quatres soeurs n’en restent que trois, dont “la Thomasse”, la plus grande, comme une aînée veillant sur les plus frêles…

J’abandonne ce monde tranquille pour rejoindre le lavoir de la Marmory. Les façades et les toits s’offrent à moi.

Quelques clichés plus tard, me voici devant l’ancienne prison.
Les portes ouvertes sont une invitation à la visite, je ne peux refuser et pénètre en ce lieu. Aussi triste est son histoire, belle est sa conservation et sa splendeur.


Je suis seule dans la prison. Les dames sont à l’entrée et me laissent déambuler à ma guise. Une cellule est ouverte. J’entre et ne bouge plus.
Mon esprit remonte le temps et l’espace confiné m’oppresse. Deux photos et je sors, besoin d’air. Je suis mal-à-l’aise. Pourquoi ? Je n’en sais rien. Peut-être l’étroitesse de la bâtisse, ou bien mes pensées déchaînées qui posèrent des fers à mes pieds.


 

Il est l’heure. J’arrive à la Mairie et me glisse dans la foule pour visiter les pièces habituellement inaccessibles. Le bureau de Monsieur le Maire est à la hauteur de la beauté qui l’entoure. Sobre, élégant et imposant. J’aime.


Le guide nous entraîne dans les dessous de la ville. Pour la première fois, nous découvrons un souterrain reliant la gendarmerie à l’église. Nous nous engouffrons à la queue leu leu dans un tunnel, qui va nous mener directement au pays des soutanes. J’avoue avoir trouvé dommage le manque de lumière lors de la traversée mais l’arrivée à la chapelle me fait vite oublier ce point obscure.
Croyez-le ou non mais nul besoin de religion pour apprécier la beauté. Mes yeux courent et mes oreilles écoutent le son unique et propre aux églises.

Un chuchotement parvient à mes tympans sans que je comprenne le sens des mots mais il est là, comme une musique de fond. Un enfant cri et sa voix se répand de l’autel à la porte d’entrée. Une chaise bouge sous mon emprise et je m’y pose un long moment pour écouter les bruits et les silences. 


C’est au cimetière que la virée nocturne démarre. Les lampions donnent un côté mystérieux plaisant. Nous suivons la lumière jusqu’aux tombes de messieurs Michel Dupin et Armand-Caduc.

Après avoir déambulé à la lueur des torches autour des pierres tombales, nous retournons à l’ancienne prison. Le sublime éclairage me donne une nouvelle fois l’opportunité de m’évader.
Le monde s’engouffre dans le pénitencier mais pour nous tous, point de geôlier. Les lumières intérieures n’ont rien à envier à celles de la façade. Nous sommes en cage certes, mais aujourd’hui dorée.

Voyez les pénitents,
Têtes basses et avançant,
Quand l’heure du sommeil approche
A nouveau, on les accroche…

Notre périple trouve sa fin au bas de la ville, ou devrais-je dire à sa source…
La chaleur m’a donné soif alors je vais de ce pas commander une belle mousse rouge et la déguster en écoutant un chanteur envoûtant au Petit Montmartre.
Bonne soirée !

0 shares
Previous Post

MARCHÉ DE NOËL

Next Post

GIRONDE SUR DROPT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous Contacter


Votre nom :
Votre E-mail:
Votre message :